AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
REOUVERTURE DU FORUM AVEC LA VERSION NUMERO DEUX ! N'hésitez pas à faire un tour dans les préliens et les scénarios des membres . Le deuxième topic commun se trouve ici . La première intrigue autour des interrogatoires concernant le meurtre du maire est en place ici .

Partagez|

sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar



Bateaux envoyés : 139
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Avatar, crédits : emma watson, schizophrenic.
Disponibilité rp :





MessageSujet: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Lun 1 Mai - 16:39

La journée avait été assez active. En effet, Belle et ses soeurs avaient eu pas mal de clients et elles n’allaient pas s’en plaindre. Reprendre cette boutique, la retaper, ça n’avait pas été une mince affaire, elles y avaient mis toutes leurs économies et avaient du se serrer la ceinture pendant près d’un an. Depuis, les affaires allaient de mieux en mieux, mais Belle et ses soeurs, continuaient d’aider leurs parents. Belle n’avait jamais été attiré par l’argent, mais elle devait bien avouer qu’en manquer, elle savait ce que c’était et elle s’en serait bien passé. Ses soeurs, étaient déjà parties et Belle comme souvent allait fermer la boutique. Elle ne s’en plaignait pas, elle aimait bien se retrouver seule au milieu de ses fleurs. Elle pouvait ainsi préparer des compositions florales pour le lendemain, passer un petit coup de balai, être un peu seule. Belle adore sa famille, mais avec une fratrie de quatre, dont trois filles, elle appréciait les rares moments de tranquillité qu’elle pouvait avoir. Faire la fermeture seule, en faisait partie. Elle terminait de ranger ses papiers et la boutique, quand la petite cloche de la porte se fit entendre. Comme à son habitude, elle arborait un large sourire pour aller à la rencontre de son/sa client(e). Elle découvrit enfin un homme. L’homme. Cet homme qu’elle avait rencontré quelques jours plus tôt. Il était venu lui acheter des roses rouges pour son épouse. Belle adorait les fleurs et elle s’amusait à « juger » les gens par les fleurs qu’ils achetaient. Une trentaine de rose rouge, signifiait clairement : je suis un homme de la ville arrogant et qui a merdé. Elle lui adressa un sourire plein de malice en arquant un sourcil. Les roses n’ont pas suffit c’est ça ? Elle ne pu s’empêcher de sourire à nouveau. Elle ne connaissait pas personnellement cet homme, mais elle avait envie de le taquiner. Pourtant, il avait clairement spécifié qu’il n’était pas libre et à en juger sa tenue et les fleurs achetés, ils n’étaient pas du même monde. Et pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de le trouver terriblement irrésistible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 94
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Job/studies : Avocat à la tête de l'entreprise familiale.
Avatar, crédits : Ryan gosling (liloo_59) (sign par anäelle, gif par moi)


MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Lun 1 Mai - 17:44

    Allongé sur son lit, contemplant le soleil levant qui commence à éclairer la chambre, petit à petit, se demandant si aujourd’hui allait être un jour concluant et non un autre jour, comme les précédant, Gaspard avait passé une nuit assez rude, il était rentré plutôt tard d’une soirée passée dans un bar en compagnie d’une amie vivant à Dartmouth. Depuis son arrivé, il n’avait pas fait grand chose, laissant son travail en suspend à New-York, il avait passé son temps à la recherche de sa femme qu’il n’avait pas vu depuis des semaines et à qui il n’avait pas parlé depuis, malgré plusieurs tentatives. Il se remémorait la scène du jour où elle l’avait découvert au lit avec une autre et se rappelait à quel point elle avait été dépitée de voir ça et il comprenait tout à fait le fais qu’elle ne veuille plus le voir, mais son père avait fortement insisté pour qu’il se rende à Dartmouth ou fût censé se trouver sa femme afin de la récupérer, principalement parce que d’après lui, elle est la femme parfaite pour son fils, mais aussi parce qu’elle fait partie de l’image de l’entreprise et qu’il ne souhaite pas avoir mauvaise presse avec un divorce. Gaspard lui, ne savait pas vraiment quoi penser de tout cela, cela faisait un peu près un an qu’il avait commencé à la tromper, il a toujours eu ce côté un peu volage ne sachant pas vraiment résister à la tentation au regard de belles femmes. Il avait pourtant espoir en ce mariage à la base, même si ce n’était qu’un coup monté par son père pour ne pas changer. Gaspard regardait la jeune femme allongée à ces côtés sans un mot avant de lui demander de s’en aller afin de se mettre au travail, un simple prétexte pour se débarrasser d’elle. La journée passa assez rapidement, après plusieurs tentatives pour joindre sa femme, il n’avait eu aucun retour, et ce, malgré lui avoir déposé un bouquet de roses quelques jours avant chez une fleuriste qui ne l’avait pas laissé indifférent. Soupirant un bon coup, il prit le chemin de la boutique de fleurs sans vraiment savoir pourquoi, il savait juste qu’il souhait revoir cette jeune femme qui lui avait vendu les roses. Franchissant la porte d’entrer de la boutique qui se trouvait être vide, il vit arriver très vite la jeune femme avec un grand sourire. Il ne pue s’empêcher de la fixer des yeux sans relâche, il la trouvait sublime et son simple regard sur elle le rendait souriant, en oubliant presque la vraie raison de ça venu en ville. « Non pas vraiment à vrai dire… » Dit-il afin de lui répondre, ne sachant pas vraiment quoi rajouter de plus, sachant qu’il n’était pas venu ici pour les fleurs, mais plus pour la voir elle. Gaspard ajusta la veste de son costume tout en regardant les fleurs autour de lui. « Je pense que je vais vous prendre deux bouquets de roses comme l’autre jour, ça aura sûrement un meilleur impact » Un sourire affiché sur ces lèvres, il avança vers la jeune femme afin de lui tendre sa carte de crédit. Habituellement, il ne mâchait pas ces mots pour séduire une femme, mais là rien ne voulait sortir, il était perturbé et son comportement habituel n’était pas présent. Il se doutait qu’elle dût penser de lui qu’il était un homme voulant se racheter auprès de sa femme et l’idée de la séduire était complexe à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 139
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Avatar, crédits : emma watson, schizophrenic.
Disponibilité rp :





MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Mar 2 Mai - 13:24

Belle sourit à la remarque du jeune homme secouant légèrement la tête. Rangez votre carte bleue. Elle fit un geste de la main pour accompagner ses dires. Elle s’avança d’un pas vers l’homme en costard.  Vous savez, je suis une femme et je peux vous garantir, que deux bouquets n’arrangeront pas les choses. Nous les femmes, on aime le romantisme, elle a besoin de sentir qu’elle est spéciale à vos yeux votre femme. Elle se passa une main dans les cheveux. Qu’est ce qui lui prenait de donner ce genre de conseil à un inconnu ? A en juger son allure et son regard, il devait se dire qu’elle se mêlait clairement de ce qui ne la regardait pas. Belle avait la fâcheuse tendance à être curieuse et impulsive, un mauvais mélange dans ce cas précis. J’ai reçu un arrivage, que diriez-vous de faire une composition qui lui ressemble ? Elle marqua une pause et se retint de rire devant le regard interloqué de l’homme en costume. Suivez-moi. Elle l’invita à la suivre dans l’arrière boutique, si l’une de ses soeurs avaient été là, elles auraient sans doute piqué une crise. Mais Belle s’en fichait, au diable les bonnes manières. Elle pouvait entendre la voix de sa mère, outrée par un tel comportement. Les jeunes femmes respectables n’invitent pas des inconnus, homme qui plus est, dans l’arrière boutique. Elle secoua la tête comme pour faire taire ses voix. Une fois dans l’arrière boutique, elle donna un ceintre à l’homme.  Je ne voudrais pas que vous vous tâchiez. Elle avait accompagné ses dires par un petit sourire, elle retroussa ses manches et sorties une dizaine de variété de fleurs. On va faire ça ensemble, ça la touchera plus que deux bouquets banales de roses. Elle est comment votre femme ? C’est quoi son caractère ? Belle était en train de se fourrer dans un sacré pétrin. Elle le dévorait des yeux et en même temps, elle était en train de l’aider à reconquérir son épouse. Belle était vraiment pas nette pas moment. Elle attrapa des feuillages les posa sur l’établi et attendit que l’homme se décide à s’ouvrir à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 94
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Job/studies : Avocat à la tête de l'entreprise familiale.
Avatar, crédits : Ryan gosling (liloo_59) (sign par anäelle, gif par moi)


MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Mar 2 Mai - 14:45

    Se trouvant face à la jeune femme qui venait de lui refuser sa carte bleue, Gaspard ne put s’empêcher de sourire à ce qui suivit. Alors qu’elle était qu’une inconnue, elle tentait de la conseiller par rapport à son désir de vouloir se racheter auprès de sa bien-aimée. Gaspard n’était pas du tout romantique, il avait pleins de fois tentées de l’être, sans succès. Sa femme lui avait souvent fait la remarque, lui reprochant de ne pas l’être, mais c’était plus fort que lui, ce n’était pas son genre et l’idée de lui acheter des fleurs à la base n’était pas la sienne, c’est son père qui lui avait conseillé cela, pensant que ça suffirait à se racheter et dans le cas inverse l’achat d’un bijou avait été conseillé, chose faite à vrai dire. Sa seconde visite n’était qu’un prétexte pour voir la jeune fleuriste qui se trouvait actuellement face à lui. Se sentant un peu mal à l’aise face à la situation, Gaspard ne refusa pas la proposition de la demoiselle, ne voulant pas vraiment lui faire savoir la raison de l’achat de ces roses. « Si vous le dites, je veux bien vous croire !» Lui répondit-il à ces premières paroles d’un ton plutôt interrogateur, se demandant quand même pourquoi elle tentait de le conseiller, non pas le fait qu’il n’appréciait pas un peu d’aide pour l’aider à reconquérir sa femme, mais il aurait préféré recevoir ces conseils d’une autre personne qu’une jeune femme qu’il souhaiterai mettre dans son panier, bien que jusque-là, il n’avait pas du tout tenté de lui faire un numéro de charme. « Je ne suis pas doué pour ce genre de chose, mais allons-y ! » Dit-il tout en suivant la jeune femme dans l’arrière-boutique, ou elle lui tendit un cintre afin qu’il y mette sa veste pour ne pas se salir. Il le va alors très rapidement les yeux vers elle, ne s’attendant pas vraiment à mettre la main à la tâche, mais s’exécuta tout de même en prenant le cintre et en retirant sa veste sans un mot. Il observait la jeune femme sortir les fleurs, l’écoutant par la même occasion lui demander comment était sa femme. Gaspard leva légèrement les yeux au ciel, ne sachant pas vraiment quoi lui répondre. Il se trouvait être incapable de lui répondre avec facilité. « Elle est… douce, magnifique, c’est une femme très passionnée… » Rétorqua-t-il tout en regardant le sol, réfléchissant à ces mots tout en les citant. Il s’approcha de la table, ou il croisa le regard de la jeune femme avant de s’appuyer conte celle-ci. « Vous savez, vous n’êtes pas obligé de m’aider, vous avez sûrement quelqu’un qui vous attend, je n’aimerai pas gâcher votre fin de journée de travail… »

_________________
Love is complicated
Give a little time to me, we'll burn this out,
We'll play hide and seek, to turn this around,All i want is the taste that your lips allow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 139
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Avatar, crédits : emma watson, schizophrenic.
Disponibilité rp :





MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Mer 3 Mai - 22:30

Belle sourit d'un air satisfait quand l’homme en costard se décide enfin à la suivre dans l’arrière boutique. Sortant une dizaine de variétés de fleurs et feuillage, elle caresse doucement le papier de soie. Elle en a de toutes sortes, ici c’est son royaume et sans doute que s’ils n’avaient pas étés dans sa boutique, elle aurait accepté de vendre deux bouquets à l’homme. Mais, elle est ici chez elle, sur son territoire, alors elle se sent forte, elle fait un excès de zèle qui ne lui ressemble pas tellement. Mais face à cet homme qui l’intimide, elle a envie de se donner un genre, celui d’une femme sûre d’elle. La preuve, elle parle d’elle-même comme d’une femme, alors qu’elle ne se considère que comme une « simple fille ». Elle le regarde en biais poser sa veste sur un cintre qu’elle vient de lui donner. Elle réprime un sourire, tout chez cet homme est à l’exact opposé d’elle. Il est soigneux, un peu trop à son goût, mais en même temps, ça lui plait cette nouveauté. Vous n’avez pas besoin d’être doué. C’est ça le truc avec les fleurs. Elle repose ses mains sur l’établi, elle attend le verdict. Mine de rien, la manière dont il va présenter sa femme, c’est important pour Belle. Parce qu’elle va savoir qu’elle genre de femme c’est. Elle a bien une idée. Elle l’imagine grande, élancée, élégante, intelligente. Une femme parfaite en somme. Douce, magnifique, passionnée. Elle remercie le ciel d’être de dos, car elle sent qu’elle a un coup de chaud. On a jamais dit ça d’elle. Pas l’ombre d’un petit copain romantique à l’horizon. Elle n’ose pas vraiment le regarder dans les yeux et en même temps, elle a presque envie de le défier. Passionnée par … ? Elle laisse sa phrase en suspens, c’est étrange, mais elle a envie d’en savoir plus. Parce que connaitre sa femme, ça reviendrait à en savoir plus sur cet homme qui l’intrigue tant depuis leur première rencontre. Elle s’autorisa à le regarder enfin dans les yeux. Et sinon, vous pouvez me tutoyer, et je m’appelle Belle. Elle plonge plus intensément son regard dans celui du beau blond et ne peut s’empêcher de sourire à nouveau.  Je n’ai pas de meilleur plan de prévu qu’un homme en costard trois pièces prêt à se débattre avec des fleurs. Désolée. Elle attrapa de la ficelle qui était posé sur l’établi et se mit à jouer avec. Elle se montrait de plus en plus provoquante et finalement, elle ne savait pas si elle avait les épaules pour ça. Mais maintenant qu’elle s’était lancée, il était trop tard pour revenir en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 94
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Job/studies : Avocat à la tête de l'entreprise familiale.
Avatar, crédits : Ryan gosling (liloo_59) (sign par anäelle, gif par moi)


MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Jeu 4 Mai - 11:53

    Passant une main dans ces cheveux afin de les recoiffer alors qu’il venait de déposer sa veste sur le cintre que Belle venait de lui donner, il s’était avancé vers la table ou les feuillages étaient déposés d’un air plutôt curieux, se demandant bien en quoi il allait pouvoir être utile pour confectionner un bouquet de fleurs sachant que ce n’était pas du tout son genre de faire une activité de la sorte. Son truc à lui, c’était plutôt de déposer sa carte bleue sur un comptoir et d’exiger ce qu’il souhaite, mettre la main à la patte n’était même pas envisageable en temps normal, mais cette jeune femme l’intriguait, de par sa beauté et sa prestance naturel, il avait envie de la connaître et le refus de mettre la main à la tâche n’était donc pas envisageable. Les mains posées sur la table en guise de support pour maintenir le poids de son corps, il fit un sourire à la jeune femme lorsqu’elle lui annonça qu’il n’avait pas besoin d’être doué. Jetant un œil à sa chemise blanche, il fit une petite grimace en pensant qu’il allait sûrement se salir, c’est donc tout naturellement qu’il prit la parole afin de demander un tablier. « Vu que je suis obligé, je veux bien un tablier si vous en avez un, je n’aimerai pas me salir. » Gaspard a toujours été très soigné, pour lui l’apparence prenait une grande place dans la vie et il se devait d’être toujours présentable et ce même dans des situations peu agréables.

    Lorsqu’elle lui posa la fameuse question par rapport à sa femme, il avait eu besoin d’un certain temps pour lui répondre, ne sachant pas vraiment poser des mots sur la femme qui avait partagé sa vie durant cinq longues années, surtout que cela ne le mettait pas spécialement à l’aise puisqu’il était plutôt très intéressé par la jeune femme qui se trouvait alors face à lui et que parler de sa femme n’allait pas lui apporter de bons points. En quoi sa femme était passionnée ? Il leva les yeux au ciel réfléchissant rapidement à ce qu’il pouvait répondre à cela. « Elle aime l’art, c’est une artiste dans l’âme !» Gaspard repensait aux moments ou sa femme passait beaucoup de temps à peindre, c’était pour elle une façon de s’exprimer et de se détendre. Elle l’avait baignée là-dedans et avait réussi à lui faire apprécier la beauté de l’art. Gaspard fut revenu à lui-même lorsque la jeune femme se présenta, il plongea son regard dans le sien avec un sourire et répondit sans attendre. « Enchanté, Belle, très original comme prénom ! Moi s’est Gaspard, mais appelé moi juste Gas’ » Il observait Belle avec un sourire en coin n’appartenant qu’à lui, pour une fois, il avait l’impression de ne pas être à la hauteur, il n’osait pas se lancer dans la gueule du loup. « Vous allez être servi, j’ai deux mains gauches ! » Il préférait se comporter de façon réservée et mettre de côté son attitude habituelle de beau parleur et séducteur. Elle n’avait pas l’air d’être comme les autres femmes qui avaient pu croiser sa route et il avait envie d’en savoir plus. « Je suppose qu’il s’agit de votre boutique, c’est une passion… Les fleurs ? »

_________________
Love is complicated
Give a little time to me, we'll burn this out,
We'll play hide and seek, to turn this around,All i want is the taste that your lips allow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 139
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Avatar, crédits : emma watson, schizophrenic.
Disponibilité rp :





MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Jeu 4 Mai - 23:05

Belle n’était pas vraiment du genre entreprenante, mais l’homme lui donnait envie de l’être. Elle avait une étincelle de défi dans le regard, elle avait envie de l’impressionner peut-être. Elle devait être ridicule, mais elle fonçait les deux pieds devant, elle ne s’expliquait pas pourquoi, c’était un fait. Elle se gratta l’arrête du nez. Un tablier, oui bien sûr, mais elle n’avait pas la moindre idée d’où ils pouvaient se trouver, en général les filles Harper, se fichaient pas mal de se salir. Elle se dirigea d’un pas décidé vers une armoire et fouilla dans cette dernière. Elle dénicha un affreux tablier violet avec des énormes fleurs dessus. Elle se mordilla la lèvre inférieure pour ne pas exploser de rire et se tourna enfin vers le jeune homme.  Je n’ai que ça. Elle savait  d’avance que vu la taille du bonhomme, il serait beaucoup trop court pour lui et ce vieux rose le rendrait ridicule. Je suis certaine que ça vous ira à merveille. Elle ne pu s’empêcher de rire cette fois-ci. Elle se racla le fond de la gorge, s’appuyant contre l’établi et écoutant le jeune homme parler de son épouse. Passionnée d’art, tiens, elle l’aurait parié celle-là. Ce type était un stéréotype ambulant.  D’accord.  Elle baissa le regard lorsqu’il la complimenta sur son prénom. C’était un peu prétentieux pour celui qui parlait français. Elle avait des notions et elle savait très bien ce que cela signifiait dans la langue de Molière. Gaspard. Doux prénom qui résonnait à ses oreilles. Il enchaina lui indiquant qu’il avait deux mains gauches. Ca aussi elle l’avait vu venir. Très bien Gaspard. On va commencer par le basique dans ce cas. Elle l’invita à la rejoindre près de l’établi, disposant devant lui une feuille de soie. Elle marqua une pause avant de répondre à sa dernière question. Oui c’était sa boutique et non ce n’était pas une passion. Sa passion c’était le chant, mais elle n’en avait jamais parlé à personne, pas même à Augustine sa meilleure amie. Elle chantait toute seule dans sa salle de bain, ou dans son garage en jouant de la guitare. On lui a toujours dit qu’elle avait un grain de voix très joli, mais elle n’en a jamais rien crû, alors elle garde cette passion pour elle. Avec mes soeurs, on a hérité de cette boutique il y a trois ans. C’était en ruine, tout était pourri là dedans. Et puis on s’est dit pourquoi pas ? On a retapé la boutique pendant un an et comme notre tante avait une boutique de fleur à l’époque on a voulu lui rendre hommage à notre façon. On fait ça depuis deux ans. Aujourd’hui, c’est mon quotidien et j’ai appris à aimer les fleurs. C’est très relaxant, tu verras. Elle baissa le regard, soudain pudique. Elle ne voulait pas vraiment parler d’elle, elle n’avait pas prévu de le faire en tout cas. Et, j’imagine que ta femme est originaire de la ville ? Je la connais peut-être, c’est qui ? Curiosité maladive de la jeune Belle. Mais il fallait qu’elle sache. Et c'était un bon moyen de ne pas parler d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 94
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Job/studies : Avocat à la tête de l'entreprise familiale.
Avatar, crédits : Ryan gosling (liloo_59) (sign par anäelle, gif par moi)


MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Ven 5 Mai - 15:14

    Gaspard regardait la jeune femme chercher un tablier, pensant à ce moment même que jamais dans sa vie, il aurait imaginé en être arrivé là pour une fille. Pensant que dans son monde à lui, il l’aurait tout simplement invité à aller boire un verre ou à aller dîner, mais la jeune femme avait décidé de l’intégrer dans bien d’autres plans. Lorsqu’elle lui apporta le fameux tablier, Gaspard ne put s’empêcher de faire de gros yeux. Voulait-elle qu’il porte cette horreur ? Hors de question ! « C’est un très beau tablier, mais je pense que je vais m’en passer, après tout ce n’est qu’une chemise, j’en ai des centaines comme celle-ci… » Il lui adressa un petit sourire en coin avant de très vite reprendre. « En plus, c’est rose !» Se remontant les manches par la même occasion afin d’éviter les dégâts sur sa chemise, ne la lâchant tout de même pas du regard. Depuis son arrivé dans la boutique, il l’avait que très peu lâcher du regard, bien trop absorbé par la beauté naturelle qu’elle pouvait dégager. Alors qu’elle lui avait posé des questions sur sa femme, des questions dont il se serait bien passé, puisque sa femme, ou devrais-je dire sa future ex-femme, n’entrait dans les plans qu’il s’était faits en arrivant dans la boutique, même si c’était l’excuse qu’il avait trouvée afin de justifier sa venue quelques minutes avant la fermeture. « Et vous votre petit ami, il est comment ? » Gaspard lui lançait un regard très intéressé, espérant qu’elle ne soit bien évidemment pas prise. En tout cas, il était sûr d’un point, c’est qu’elle ne pouvait pas être mariée, étant jeune et sans bague au doigt. Gaspard a toujours aimé observer les petits détails lui permettant d’en apprendre plus sur le comportement de ses interlocuteurs. Cela lui était bien utile dans son métier. Le temps d’attaquer la création florale venait d’arriver, se trouvant à côté de Belle, il tourna la tête vers elle. « Qu’est-ce le basique ? Ne pas se piquer avec une épine par peur d’être empoisonné ?» Un sourire très amusé sur les lèvres, il n’avait pu s’en empêcher de la sortir celle-là. Gaspard n’était pas du genre à plaisanter avec n’importe qui, de nature plutôt froide avec les gens qu’il ne connaît hors domaine professionnel, il se contentait en général d’une conversation basique sans vague d’humour. Il se mit ensuite à écouter très attentivement ce que disait la jeune femme, se demandant quand même comment des fleurs pouvaient faire partie d’un avenir professionnel heureux. Pour lui, il s’agissait d’un métier sans avenir, sans passion, un métier que les gens feraient parce qu’ils n’ont pas le choix. « Je suppose que ce n’est pas ce que tu voulais faire à la base ? » Ça lui paraissait évident qu’ouvrir une boutique de fleur ne faisait pas partie du rêve de sa vie. Venu, le moment où elle s’intéressa encore un peu plus à sa femme. Pourquoi tant de curiosité ? Gaspard haussa un sourcil tout en la regardant directement dans les yeux. « Vous êtes bien curieuse mademoiselle Belle ! » Il marqua une petite pause, se demandant s'il devait lui dire de qui il s’agissait. « Elle est d’ici à la base… Mais elle a vécu des années à New-York et Oui, tu la connais peut-être, elle s’appelle Astrid…» Le monde est petit, elle finirait bien par l’apprendre de toute façon.

_________________
Love is complicated
Give a little time to me, we'll burn this out,
We'll play hide and seek, to turn this around,All i want is the taste that your lips allow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 139
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Avatar, crédits : emma watson, schizophrenic.
Disponibilité rp :





MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Jeu 11 Mai - 15:46

Belle se mords la lèvre inférieure pour se retenir de rire. Elle acquiesce à la remarque de Gaspard. Elle ne doutait pas une seconde que son dressing devait être plein à craquer de costumes sur mesure et de chemise comme celle qu’il portait. Elle aurait voulu lui dire que ce n’était pas la peine de faire la remarque c’était écrit sur son front. Mais elle ne voulait pas le vexer, elle ne voulait pas qu’il est une fausse image d’elle. Elle voulait juste en savoir plus sur lui.  C’est violet à vrai dire. Répondit-elle en lui rendant son sourire. Elle replaça une mèche de cheveux soudain mal à l’aise, elle essayait de ne pas le montrer, mais elle avait bien remarqué qu’il ne la lâchait pas du regard. Elle avait le sentiment d’avoir un truc collé sur le nez ou le front, elle se retint de passer une main sur son visage pour en avoir le coeur net. Son coeur manqua un battement lorsqu’il lui demanda à son tour comment était son petit ami. Elle se permettait de poser des questions indiscrète, elle n’avait pas prévu qu’il lui rende l’appareil. Elle ne voulait pas jouer le jeux dans ces règles là, mais elle devait bien s’y résoudre. Ca n’aurait pas été équitable sinon.  Il n’y a pas de petit-ami. Répondit-elle d’une voix enjouée. Sa voix était légèrement montée dans les aiguës. Elle sentit ses joues se teinté de rose. Elle devait passer pour une idiote. Elle n’avait jamais eu de grande histoire d’amour, elle n’avait jamais cherché à en avoir surtout. Elle avait eu des aventures, mais jamais rien de sérieux. Elle aimait sa liberté et elle ne trouvait pas chaussure à son pied. Ca ne l’avait jamais dérangé, mais elle se sentait soudain un peu idiote d’être célibataire, comme si c’était une tare. Elle reporta son attention sur ses fleurs. Exactement. Tu as l’air d’aimer les roses, alors je propose de prendre une dizaine de roses blanches, nous allons couper les tiges comme ceci et les épines. Elle accompagna ses dires par des gestes et montra comment faire à Gaspard. Elle donna à Gaspard une pince et le laissa s’occuper de sa première rose. Elle pris une minute pour réfléchir à la question du jeune homme. C’est un métier comme un autre et puis Dartmouth est une petite ville, on ne peut pas vraiment avoir d’ambition ici. Elle marqua une nouvelle pause. Elle se rendait compte que ce qu’elle disait pouvait être mal interprété. La vérité, c’est qu’elle avait une passion dont personne n’avait connaissance, parce qu’elle n’avait pas assez confiance en elle pour l’assumer. Allez savoir pourquoi, elle se pris un élan de confiance et décida de confier son secret à Gaspard. J’aime bien chanter. Je veux dire c’est ça ma passion. Elle passa rapidement cet épisode, ayant trop peur qu’il ne lui demande de pousser la serenade, ça c’était au dessus de ses forces, elle avait bien trop peur de chanter devant quelqu’un, même un inconnu. Oh, oui je vois. Coup de sang pour Belle. Oui elle la connait, un peu trop même. Mais, elle ne veut pas mettre Gaspard en mauvaise posture, alors elle ne dit pas la relation qui la lie à la jeune femme. Elle est super, elle te pardonnera j’en suis certaine. Elle termina de s’occuper de sa partie et regarda d’une mine satisfaite le résultat de Gaspard. Mais t’es super doué en faite ! Elle balaya la pièce du regard et s’arrêta sur des tulipes oranges ainsi que des lys de la mêle couleur. On va s’occuper des tulipes ou des lys maintenant, c’est pareil, mais on coupe seulement les tiges. Tu préfères quelle variété ? Tulipes ou Lys ? Elle attendit la réponse du jeune homme qui semblait complètement désorienté. Et toi, tu fais quoi dans la vie ? Et est-ce que c’est ta passion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 94
A Dartmouth depuis : 28/04/2017
Job/studies : Avocat à la tête de l'entreprise familiale.
Avatar, crédits : Ryan gosling (liloo_59) (sign par anäelle, gif par moi)


MessageSujet: Re: sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard) Mar 23 Mai - 9:53

    Gaspard était un stéréotype digne de ce nom, par sa prestance et son caractère ce n’était pas dur de lire à travers lui, oh non, c’était bien trop facile de savoir d’avance à quel genre de type, on avait à faire et ce même s’il cachait très bien certain passage de sa vie, il n’arrivait pas à tout cacher, mais ne s’était pas retenu de faire savoir à la demoiselle qu’il avait un dressing bien rempli de plusieurs chemises semblables à celle qu’il portait actuellement suite au tablier qu’elle venait de lui proposer, un tablier horrible à vrai dire, un tablier qu’il se refusait de porter et ce même pour les beaux yeux de Belle. « Rose ou violet, c’est pareil pour moi » Répondit-il avec un sourire lorsqu’elle le recadra sur la couleur du tablier qu’elle lui avait tendu si gentiment se retroussant les manches par la suite afin d’éviter les dégâts sur sa chemise, n’étant pas vraiment doué pour ce que la jeune femme tentait de lui faire faire. Depuis son arrivé dans la boutique, Gaspard n’avait su lâcher son regard de la demoiselle, il la trouvait tellement belle, tellement naturelle, une qualité qui se faisait rare de nos jours, dans un monde ou être superficiel était de base. Belle se trouvait être bien différente de toutes ces filles qui avaient croisé le chemin de Gaspard et il avait hâte d’en savoir plus sur elle et c’est pour cela qu’il tenta de savoir si elle avait un petit ami, alors que lui tentai mieux que mal de parler de sa femme ne se sentant pas vraiment à l’aise face à la situation que la demoiselle ne connaissait bien évidemment pas. Un sourire s’afficha alors sur son visage, lorsqu’elle lui annonça d’une voix enjouée le fait qu’il n’y avait pas de petits amis. « Pas de petit ami ? Comment cela est-ce possible ?» Dit-il en faisant de gros yeux, assez choqués quand même qu’une si belle jeune femme n’avait pas un homme dans sa vie.

    Alors qu’il tentait tant bien que mal de reproduire ce que la jeune femme venait de lui montrer sur les roses, essayant tout de même de s’appliquer au mieux pour ne pas paraître ridicule plus qu’il ne l’était déjà. Il devait se l’avouer, il n’était pas mauvais, finalement la tache ne s’avérait pas si compliquée que ça, et ce, malgré le fait qu’il ne soit pas manuel. Ce n’est pas si compliqué au final, je pense que je suis prêt à devenir fleuriste !» Dit-il alors d’un ton amusé, s’imaginant par la même occasion dans le rôle d’un fleuriste, une image qui sortit assez rapidement de sa tête alors que Belle parlait de ce qu’elle voulait faire, lui expliquant qu’ici l’ambition n’était pas au plus haut. « Je pense que quand nous voulons absolument faire quelque chose, la ville où l’ont vie n’est pas un frein, il suffit d’aller de l’avance et de persévérer » Tentant de donner un conseil, alors que lui n’était pas très bien placé puisqu’il n’avait pas vraiment eu la vie qu’il c’était imaginée. Il avait simplement suivi la trame imposée par son père, utilisant ces ambitions à travers. « Intéressant ! J’espère pouvoir entendre ta voix un de ces jours !» Gaspard se doutait bien qu’elle n’allait pas commencer à pousser la chansonnette face à lui alors qu’il était qu’un inconnu à qui elle voulait donner un coup de main pour l’aider à se faire pardonner auprès de sa femme, sa femme qu’elle devait connaître d’après ce qu’il avait pu comprendre. Un sourire gêné arbora son visage en écoutant les dires de Belle. « Je l’espère !» Dit-il simplement, ne voulant pas entrer dans les détails, préférant se re concentré sur les roses qu’il avait en main jusqu’à qu’elle lui demanda qu’elle variété de fleurs préférait-il. « Hum, les Lys… » Dit-il, sans vraiment savoir quelles fleurs choisir. Gaspard leva les yeux au plafond lorsqu’elle lui posa l’ultime question sur ce qu’il faisait dans la vie. « Je suis principalement avocat, mais je dirige avec mon père une société automobile » marquant une pause, il reprit très vite afin de parler de sa passion. « Je n’ai pas vraiment de passion, j’ai grandi dans ce domaine et j’ai été destiné à avoir la place que j’ai actuellement, j’aime ce que je fais…»

_________________
Love is complicated
Give a little time to me, we'll burn this out,
We'll play hide and seek, to turn this around,All i want is the taste that your lips allow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sometimes the heart sees what is invisible to the eye. (gaspard)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sometimes the heart sees what's invisible to the eye [Jillana]
» (F/LIBRE) Freya Mavor • Sometimes the heart sees what is invisible to the eye
» (F) ASTRID BERGES-FRISBEY • Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
» Prune-Sometimes the heart sees what is invisible to the eye.
» FB - Sometimes the heart sees what is invisible to the eye - Stiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♡ Love is blind :: DARTMOUTH, DEVON :: broadstone-