AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(Marea) come dine with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: (Marea) come dine with me Mer 30 Aoû - 1:45

come dine with me
Une citation bien sassy là. Δ L'auteur par ici.

C’était l’un de tes day offs, un de ceux que tu n’accordais qu’exclusivement à Aoife. Le restaurant te prenait énormément de temps et il arrivait que tu travailles tard, donc que tu manques l’heure du coucher, mais tu t’arrangeais toujours pour être là pour la voir grandir, autant que faire se peut, et qu’est-ce qu’elle grandissait vite ! Tu avais l’impression de deviner Gioia dans chacun de ses sourires, chacun de ses regards, chacune de ses mimiques. C’était sans doute pour ça que tu lui avais donné le nom de celle-ci comme deuxième prénom. Pour toi, plus que ta nièce, elle était devenue ta fille. Ta toute petite fille. Évidemment que tu lui parlerais de sa mère mais tu l’élèverais comme si elle était ton enfant biologique.

Il va sans dire que ce n’était pas facile de s’occuper d’un bébé, surtout quand on avait du mal à ne pas faire des conneries soi-même. Ça demandait beaucoup de discipline, d’organisation et des nerfs en béton armé. Relancé l’activité de Nonna Gia n’était pas de tout repos, mais c’était pour Aoife que tu faisais tout ça. Difficile d’avoir une activité de trader dans le coin, pas vrai ? Et puis tu avais vu quel genre d’homme il fallait être pour réussir dans ce milieu. Pour elle, tu voulais être un vrai modèle. Tu n’échoueras pas avec elle comme tu avais échoué avec ta sœur.

Marge t’enlevait une sacrée épine du pied en prenant soin de la petite lorsqu’elle ne travaillait pas. Avec des horaires bancals, tu l’avais souvent trouvé là, endormie dans le canapé, le baby phone dans la main. Elle était tellement géniale avec la petite et elle ne se plaignait jamais. Vous aviez beau être des amis proches, tous n’auraient pas eu un dévouement pareil. Alors tu tenais vraiment à la remercier. Tu l’avais invitée à venir manger ici ce soir, pour passer du temps avec Aoife sans que ce soit une obligation. Tu savais que ça lui ferait plaisir.

Tu étais là à jouer avec elle par terre lorsqu’on avait sonné à la porte. Ce devait être-elle. Tu cueillis la petite qui gazouillait et tu te dirigeas vers la porte que tu ouvris.

« Regarde qui est là, Aoife. C'est tata Margie ! »
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Mer 30 Aoû - 14:57

Tu ne savais plus comment avancer. Écroulement, chute, sur ton lit dur. Tu avais juste besoin de fermer les yeux, juste un instant. Il y avait des jours comme ça, des jours où tu saturais, où ta journée avait été terriblement longue, les élèves plus difficiles que d'habitude, c'était rare, mais ça arrivait. Tu avais de l'énergie à revendre, une véritable pile électrique, juste besoin d'une recharge. Tu n'aimais pas ces moments, ou tu te retrouvais seule avec toi même, où tu étais obligée de te reposer, permettant à ton cerveau de penser à ce que tu ne voulais pas penser, à ce que tu essayais de mettre dans le fond de ta mémoire. Tu essayais de t'occuper, toujours de faire quelque chose pour justement ne pas devoir te confronter à tes démons.

Tu essayais de te remonter le moral, sachant que tu allais passer une excellente soirée, tu étais invitée à dîner chez Andrea, un de tes amis les plus proche et surtout tu allais voir Aoife. Ta petite Aoife, prunelle de tes yeux, nièce d'Andrea. Tu te savais trop proche de la petite, prenant peut être un rôle trop imposant dans sa vie, mais elle n'avait plus de mère, tu n'avais pas d'enfant ... Vous vous étiez bien trouvée toutes les deux et bordel qu'est ce que tu l'aimais. Tu aidais souvent Andrea, lorsqu'il avait des horaires de fou, tu gardais la petite, essayant même de venir la garder le plus possible, les meilleurs moments passés étant avec elle. Elle te faisait rire, te faisait reprendre une joie de vivre effacée. Et puis c'était la nièce d'Andrea, une des personnes les plus proche dans ton coeur, que demander de plus.

Tu te faisais belle, tu voulais être jolie, pour quoi ? Tu ne le savais pas mais tu avais toujours eu ce besoin d'être belle en sa présence, Andrea, Andrea te faisant femme pour la première fois, Andrea restant dans ton cœur pour toujours. Amitié trop grande néanmoins pour y ajouter une note romantique, raison pour laquelle ça n'avait jamais été plus loin entre vous dans votre jeunesse. Tellement de choses avaient changé depuis ce moment là, qu'est ce que vous aviez changé ...
Tu prenais ton vélo, ce n'était pas très loin de toute façon, une dizaine de minutes. Tu sonnais, rayonnante. « Regarde qui est là, Aoife. C'est tata Margie ! ». Ton coeur battait à mille rien qu'en la voyant, qu'est ce qu'elle était belle, te souriant. Des étoiles dans les yeux, tu t'approchas l'embrassant tendrement sur sa petite joue molle "Coucou ma chérie, ça va, que tu es jolie, c'est qui la plus jolie ? C'est Aoife" Tu rigolais, souriant à Andrea, l'embrassant sur la joue "Salut ça va ? Merci de m'avoir invité" Tu te sentais comme chez toi ici, tu préférais cet endroit à n'importe lequel au monde, tu te sentais ... en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Jeu 31 Aoû - 0:16

come dine with me
Une citation bien sassy là. Δ L'auteur par ici.

"Coucou ma chérie, ça va, que tu es jolie, c'est qui la plus jolie ? C'est Aoife"

Tu souris alors qu’elle t’embrasse sur la joue. Tu aimes voir Marge aussi heureuse en présence d’Aoife. Vous vous connaissez depuis tout petit et elle occupe une place particulière dans ton cœur. Elle a toujours eu cette place et elle l’aurait sans doute toujours, à moins que celle-ci évolue ? Tu repousses cette idée dans un coin de ta tête. Tu sais tout ce par quoi elle est passée : son frère, son bébé… Elle en a bavé, clairement. T’as toujours fait de ton mieux pour essayer d’être présent pour elle, mais depuis Londres ce n’était pas évident, tu n’étais pas là 24h/24 pour elle et tu t’en étais voulu. A défaut, tu avais toujours gardé ton téléphone à portée de main de jour comme de nuit, au cas où. Mais depuis que tu lui avais présenté la petite Aoife à la suite de la mort de ta sœur, elle avait changé du tout au tout. Ça lui avait fait un bien fou, tu la sentais plus loin du gouffre à présent et tu étais soulagée.

« Evidemment qu’elle est belle, elle tient de son oncle. Ca va et toi ? Tu sais bien que je suis toujours heureux de t’avoir. Allez entre, le repas va pas se faire toute seule. »

Tu t’effaces pour la laisser entrer puis tu claques la porte derrière elle. Tu lui indiques le porte-manteau dans le vestibule et une chaise pour balancer ses affaires mais c’est plus une habitude qu’autre chose, elle connait parfaitement les lieux. Tu déposes ta petite poupée dans sa chaise haute dans la cuisine et tu t’appuies au plan de travail.

« T’as l’air épuisée. Dure journée ? Tu veux manger quoi au fait ? »

On pourrait croire que cuisiner du soir au matin pour des tas d’inconnus te pousserait à ne pas vouloir le faire chez toi. Mais c’était tout le contraire. Tu aimais cuisiner pour les gens et encore plus pour les gens qui te sont chers. Tu avais des souvenirs de ta grand-mère essayant de nourrir de force toute la bande alors que vous étiez encore gamins, une bande dont Marge faisait déjà partie. Tu ne faisais que boucler la boucle en quelque sorte. Déjà petite, elle avait ces taches de rousseur qui la rendaient tellement craquante. Tu te passes une main dans les cheveux comme pour remettre de l’ordre dans tes idées.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Jeu 31 Aoû - 11:11

Tu ne voyais qu'elle dans ces moments là, elle était tout ton monde, te rappelant à quel point tu aurais aimé être maman ... A quel point tu aurais voulu avoir le tien ... Si seulement tu n'avais pas déconné, tu aurais pu l'avoir mais aurais tu réussi à l'élever, aurais tu réussi à lui donner tout le bonheur du monde ? Méritais tu d'être maman toi qui a tellement pêché ? Méritais tu seulement d'être aussi proche d'Aoife ? Tu lui caressais doucement la joue, elle te souriait et ton petit monde s’effondrait, elle était tellement parfaite, qu'est ce que tu aimerais la voir grandir, qu'est ce que tu aimerais faire parti de sa vie à tout jamais ... Les lumières pétillaient dans tes yeux en même temps que des larmes non crées ... Tu retiens ton sanglot en souriant à Andrea, en revenant près de lui, lui tenant le bras, la tête sur son épaule ...Ton Andrea .. Il avait été tellement là pour toi, plus que la plupart des gens, il était une grande parti de ton monde, il ne l'avait quitté depuis tout ce temps, même loin ils étaient toujours aussi proches ... Il n'était pas là quand tout c'est passé, quand tu as tout perdu, quand tout ton monde s'est effondré, ton frère, ton bébé ... Mais tu le savais au dessus de toi, t'aidant à te relever, toujours prêt à répondre à tes coups de fil, n'importe quelle heure, tu le réveillais parfois, au milieu de la nuit, toi étouffée par des sanglots, vous deux vous endormant ensemble au téléphone après avoir parlé ... Comme un couple à distance ... Efface cette idée de ton esprit Marge, ce n'est qu'un ami ... "Si elle tient de toi, elle va en faire des cœurs brisés la petite, elle va être enviée par tout le monde ..." Tu lui fais un clin d’œil, elle en aurait des conquêtes, des demandes, tu en étais sûre, elle sera la plus belle personne du monde, la plus parfaite. Tu tiens la main d'Andrea, lui caressant le pouce, comme pour t'aider à ne pas craquer .. Tu pars à la conquête du frigo, prête à trouver ce qu'ils allaient bien pouvoir concocter ce soir sachant à quel point tu étais une piètre cuisinière ... "Ho oui je suis crevée, les enfants m'ont fait tourner en bourrique aujourd'hui, ils étaient en forme mais bon j'adore mon boulot tu sais donc ça va ... J'en ai aucune idée ... Oh on va faire des pâtes, au moins ça je sais t'aider sans faire de catastrophe" Toi l'éternelle fan des choses simples, des choses faciles à faire... Tu t'en fichais de ce que vous alliez manger du moment que vous étiez ensemble "Et toi au travail ? Comment ça se passe ? Tu dragues pas trop de nana ?" Tu rigolas, tu connaissais le gout de ton ami pour les femmes .. Pour toutes les femmes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Jeu 31 Aoû - 23:30

come dine with me
Une citation bien sassy là. Δ L'auteur par ici.

Tu la sens se blottir doucement contre toi et tu l’embrasses sur le sommet du crâne. Elle n’avait pas mérité toutes les merdes qui lui étaient arrivées, contrairement à ce qu’elle pouvait penser. Et tu mettais un point d’honneur à le lui dire chaque fois que tu le pouvais, en espérant qu’un jour cela finirait par rentrer. Si ce n’était pas le cas, tu ne lèverais pas le pied. Elle méritait qu’on s’inquiète pour elle, qu’on prenne soin d’elle, qu’on lui fasse comprendre qu’elle était importante. Elle était importante pour toi, plus que tu voulais bien mettre des mots dessus mais les mots, tu t’en fous, tu le lui montres dès que tu as l’occasion, dès que tu en as envie et c’était très bien comme ça. Tu n’aimes pas labelliser les choses.

"Si elle tient de toi, elle va en faire des cœurs brisés la petite, elle va être enviée par tout le monde ..."
« Ah mais jamais au grand jamais je ne laisserai un garçon l’approcher. Et puis, elle n’aimera que moi, pas le choix. »

Tu ris doucement. Tu avais bien conscience que ce ne serait pas possible mais tu avais bien l’intention de faire tout ce qui était en ton pouvoir pour que ce soit le cas. Tu sens la main de Marge se glisser dans la tienne et ton sourire à son intention se fait plus tendre encore. Ses grands yeux, ses tâches de rousseur, son sourire… C’est trop. Tu la prends dans tes bras avant de faire une connerie.

« Chuis vraiment content que tu sois là »

Tu murmures avant de la relâcher. Quand Gioia était morte, tu avais cru que rien ne pourrait te sortir de cet océan de douleur. Avant Aoife, avant que tu ne pousses les yeux sur elle. Elle avait été ta lumière au bout du tunnel. Ca ne rendait pas tout plus facile. Tu avais décidé de quitter Londres parce que ça te rappelait trop ta sœur, et tu voulais un environnement beaucoup plus sain pour la petite. Et puis, tes amis te manquaient… Marge en particulier te manquait. Vous aviez tout une bande de potes et il n’était pas question de favoritisme entre vous, vous aviez grandi ensemble, mais Marge et toi, ça a toujours été quelque chose à part, un truc bien à vous. Il n’y a rien que tu aies pu ou eu envie de lui refuser quand elle agitait sa rousseur sous ton nez.
Tu sens sa chaleur te quitter à regret mais tu ne dis rien, tu t’approches d’Aoife pour compenser et tu lui donnes son doudou qu’elle vient de faire tomber par terre. C’est Luigi le Lapin, un souvenir de sa mère. Te voilà un peu nostalgique tout à coup… elle te manque cruellement. Tu avais le sentiment d’avoir échoué, de ne pas avoir été capable de la protéger coûte que coûte… Mais tu n’échoueras pas avec Aoife. Tu ne supporterais pas que quoique ce soit lui arrive.

"Ho oui je suis crevée, les enfants m'ont fait tourner en bourrique aujourd'hui, ils étaient en forme mais bon j'adore mon boulot tu sais donc ça va ... J'en ai aucune idée ... Oh on va faire des pâtes, au moins ça je sais t'aider sans faire de catastrophe"

Tu lui adresses un regard qui veut en dire long. Elle avait passé assez de temps avec toi pour savoir que tu ne plaisantais jamais avec la nourriture italienne non ? Surtout depuis que tu tenais un restaurant italien.

« Tu sais que t’as pas le droit à l’erreur, pas vrai ? C’est jamais juste des pâtes, okey ? Allez, va pour des pâtes carbonara. »

Tu commences à sortir tout ce qu’il faut : les pâtes, les lardons, le parmesan, les œufs, la crème fraîche, les condiments… Bref tu ne vas pas faire la recette à moitié quoi. Tu tends à Marge le parmesan et la râpe.

« Tiens ma belle, et te râpes pas les doigts ok ? Me regarde pas comme ça, je te connais ! »

Tu la charries mais c’est de bonne guerre. A voix haute, tu ordonnes à ton speaker autonome de lancer de la musique. Tu aimes faire la cuisine sur de la musique rythmée, et Aoife adore écouter de la musique aussi. Tu t’étais promis de lui apprendre le solfège lorsqu’elle serait assez grande.

« Visiblement t’as pas eu ton compte d’enfant si tu es là ce soir. »
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Ven 1 Sep - 13:58

Tu es là, en symbiose avec lui, c'était juste une évidence, c'était ton meilleur ami, une des seules personnes en qui tu as une confiance totale, une des seules personnes pour qui tu pourrais absolument tout faire. Ça avait toujours été comme ça, même enfant, vous étiez toujours à deux, terriblement tiraillés lorsque vous étiez éloignés, incapable de ne pas se parler plus d'un jour. Une tendresse dans votre relation, tendresse qui te déroute parfois, dans certains moments où des questions frôlent ton esprit, esprit peu rationnel, questions vite effacée, peur de tout gâcher. Fâcheuse tendance à détruire tout ce qui est beau chez toi. Pas envie de le perdre, lui, en essayant de tenter le diable, reste bien là ou tu es Marge. "Pauvre enfant ... Elle devra les voir en cachette alors, heureusement que je serais là pour lui donner un alibi, entre filles faut bien s'entraider" Clin d’œil, tu vous imaginais bien tout les trois, seize ans plus tard ... Est ce que quelque chose aura changer ? Peut être que tu auras fondé une famille ? Peut être qu'Andrea se trouvera enfin quelqu'un et qu'il te laissera tomber pour elle ? Non pas son genre mais quand même ... Idée qui te fait une pointe au coeur, tu n'étais pas du style à partager, tu n'aimerais pas qu'il embrasse une autre fille sur le front, c'était pour vous deux ça, rien que pour vous deux ... Pas vrai ma chérie, on va pas laisser ton tonton faire le vieux matcho avec toi ! On va se serrer les coudes,
faudra bien qu'on s'entraide pour le supporter toutes ces années,
crois moi
Elle te souriait, tu étais sûre qu'elle comprenait déjà tout ce que tu disais, elle devait déjà savoir ce qui l'attendait la petite, elle finirait vieille fille si on l'écoutait lui. Tu ne pouvais t'empêcher de l'admirer ... Aoife ... Qu'est ce qu'elle était belle ...

Il te serrait fort la main, tu aimais ça, tu aimais cette sensation de protection que tu avais avec lui, ce regard ... envoûtant ... T’envoûtant depuis toujours, tu n'étais qu'une petite marionnette dont il aurait pu faire tout ce qu'il voulait Andrea .. Il te prit dans ses bras et tu espérais que ce moment dure toujours, c'était là ta place, bien au chaud dans ses bras à lui Et moi alors, tu sais que je suis toujours heureuse quand je suis avec toi ... Phrase pouvant être contradictoire Et ... J'adore être avec Aoife .... Joues rosies, tu n'étais encore qu'une enfant, enfant qui l'avait aimé, beaucoup plus que tu ne lui ai jamais avoué, l'aimant autant dans les draps que dans ses bras ... Tiré de son étreinte par une faim tiraillante, il semblait choqué de voir comment tu considérais les pâtes, l'italien sommeillant en lui ne pouvait pas accepter qu'on ne considère pas les pâtes comme l'une des meilleures créations de Dieu "Comment ça j'ai pas droit à l'erreur ? J'ai déjà failli foutre le feu à mon appart' rien qu'en faisant une simple omelette alors vaut mieux ne pas avoir trop confiance en moi ... Excuse moi monsieur, je ferais de mon mieux pour te satisfaire Tu essayais de l'imiter, accent italien raté, tu n'étais décidément pas très douée pour les accents ... Pleins d'ingrédients, tous excellent pour ton régime se posèrent devant toi, ton estomac grouillait, fort, trop fort. Il te tendait une rape à fromage "Tu sais ça existe du fromage rapé déjà en sachet ? Tout pour me compliquer la vie ... Si je me blesse, tu seras obligé d'être au petit soin pour moi je te préviens" Tu rigolais, tu étais heureuse et tu savais qu'il prenait déjà bien assez soin de toi comme ça .. Musique se propageant dans la pièce, mélodie faisant bouger tes fesses, tu aimais bien danser, tu ne savais pas vraiment néanmoins, canard qui se dandine ... Ho tu sais même si j'étais morte crevée je ferais toujours une exception pour Aoife et puis je n'ai jamais mon compte avec elle, je suis un petit peu accro à sa bouille d'ange je pense et à celle de son oncle aussi sûrement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Dim 3 Sep - 14:42

"Pauvre enfant ... Elle devra les voir en cachette alors, heureusement que je serais là pour lui donner un alibi, entre filles faut bien s'entraider"

Tu fais semblant d’être offusqué outre mesure mais tu ris. Tu n’es pas un macho, peut-être un peu (beaucoup) possessif mais c’était plus pour la blague qu’autre chose. Tu n’empêcherais jamais ta petite puce de vivre sa vie. Ce ne serait certes pas évident étant donné que tu ne voulais que rien ne lui arrive mais tu devais l’élever de ton mieux et lui faire confiance dans ses choix.
Bon, la cuisine n’attend pas. Tu sors une grosse casserole pour mettre l’eau à bouillir avec du sel. Tu fais semblant de ne pas remarquer que les joues de Marge ont légèrement rosi mais tu n’insistes pas, tu trouves que ça lui va bien néanmoins. Ces touches de rose au milieu des tâches de sons, ça te ramène des années en arrière, d’innombrables après-midis, goûters que vous aviez passé en cuisine ensemble, avec les autres, des goûters dans l’herbe, des cabanes dans les chambres, des jeux sous la pluie… Les meilleurs souvenirs de sa vie étaient teintés de la présence de Marge et de ces joues rosies.
Tu plonges les pâtes dans l’eau bouillante et tu te tournes, cuillère en bois dans la main. Tu l’agites dans la direction de Marge dès un air sévère et accusateur.

« Mais ma vieille, c’est pour toi que je fais ça ! Qu’est-ce que tu penses que tu aurais fait si j’avais acheté du parmesan râpé, hein ? Et puis c’est meilleur quand c’est fraîchement râpé sérieusement. Tu n’as donc rien appris au contact de ma grand-mère ? »

Une pointe de peine te prend par surprise. Nonna te manquait cruellement. Tu aurais bien eu besoin de ses conseils pour t’occuper d’Aoife, tu aurais aimé qu’elles puissent se voir plus d’une poignée de fois. Mais ce n’était malheureusement pas le cas et il fallait faire avec. Chaque fois que tu cuisinais, surtout au restaurant, tu avais l’impression de la sentir au-dessus de ton épaule, de l’entendre te murmurer des conseils, te réprimander, te complimenter. Tu espérais sincèrement qu’elle ne regrettait pas de t’avoir légué le restaurant, qu’elle était fière de ce que tu tentais d’en faire.
Avec un soupir imperceptible, tu lances les lardons dans la poêle avec l’ail puis tu souris à nouveau doucement à ta très chère amie.

« Si tu te blesses, je serais ton obligé pour le restant de tes jours, ok ? Mais si tu t’en sors indemne, je veux bien que tu récupères le bib’ d’Aoife dans le micro-onde et que tu le lui donnes s’il te plaît. Il a dû refroidir assez à l’heure qu’il est. »

Tu remues les pâtes avant de reporter ton attention sur ta sauce.

« Les enfants, c’est une source de joie constante mais ce n’est vraiment pas tout repos. Heureusement que tu es passionné, si c’était moi, je n’en serais pas capable. Aoife est déjà bien assez à s’occuper pour moi qui n’est absolument aucune expérience des enfants. J’ai toujours l’impression de faire absolument n’importe quoi à chaque instant de chaque jour que Dieu fait. C’est un miracle qu’elle soit encore entière, crois-moi. »

_________________
❝you make my world keep spinning around❞ La Terre saigne depuis la nuit des temps, de grandes misères et de guerres souvent. Mais pour chaque soldat qui rentre, une femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Lun 4 Sep - 21:37

La musique te donnait vraiment envie de bouger, tu aimais ça, danser, danser à fond ... Tu aimais rire, tu aimais vivre ... C'était avec tes amis que tu étais la plus vivante, que tu te rendais compte que finalement la vie était belle ... Tu aimais être là, avec lui, tu te sentais heureuse quand il était là, il était tout ton petit bonheur ... Il était particulièrement craquant quand tu voyais à quel point il était parfait avec Aoife, c'était une autre facette d'Andrea que tu ne connaissais que très peu avant, et bordel qu'est ce que ça te plaisait ... « Mais ma vieille, c’est pour toi que je fais ça ! Qu’est-ce que tu penses que tu aurais fait si j’avais acheté du parmesan râpé, hein ? Et puis c’est meilleur quand c’est fraîchement râpé sérieusement. Tu n’as donc rien appris au contact de ma grand-mère ? » Tu rigolais, pointe de nostalgie en repensant à la grand mère d'Andrea, femme de ton enfance, qui avait essayé de nombreuses fois de te donner cet amour de la cuisine, en vain. Elle avait toujours été là, plus que la plupart des gens de ta foutue famille, elle était une vraie famille pur toi, tu avais eu énormément de mal à sa mort, perdant une personne faisant parti de toi ... Tu savais à quel point elle pouvait lui manquer à Andrea ... Vous en aviez perdu du monde tout les deux ... Vous deviez être maudit tu ne voyais que ça ... "Je me serais posée dans le canapé avec un petit cocktail et je t'aurais regardé cuisiner probablement ... Tu sais très bien que ta grand mère trouvait que j'étais un cas désespéré et que je ne me trouverais jamais de mec en ne sachant faire que des omelettes" Tu rigolais ... Peut être que tu serais en couple si tu savais mieux cuisiner qui sait ... « Si tu te blesses, je serais ton obligé pour le restant de tes jours, ok ? Mais si tu t’en sors indemne, je veux bien que tu récupères le bib’ d’Aoife dans le micro-onde et que tu le lui donnes s’il te plaît. Il a dû refroidir assez à l’heure qu’il est. » Tu acquiesces, prenant le biberon de la petite, testant la température sur ton poignet avant de le donner à la petite C'est l'heure de manger mon amour, c'est qui qui va manger avec tatie Margie ? C'est toi ma chérie ! Tu te dandinais avec un grand sourire, décidement tu étais vraiment différente avec elle ... « Les enfants, c’est une source de joie constante mais ce n’est vraiment pas tout repos. Heureusement que tu es passionné, si c’était moi, je n’en serais pas capable. Aoife est déjà bien assez à s’occuper pour moi qui n’est absolument aucune expérience des enfants. J’ai toujours l’impression de faire absolument n’importe quoi à chaque instant de chaque jour que Dieu fait. C’est un miracle qu’elle soit encore entière, crois-moi. » Tu regardais Andrea, pour toi, il était absolument parfait ... Tu sais,
on a tous l'impression de ne pas faire ce qu'il faut avec eux, j'ai toujours l'impression de faire quelque chose de mal quand je dois les reprendre ou les punir mais finalement quand je vois tout l'amour que tu donnes à Aoife, pour moi ça va être la petite la plus heureuse du monde ... Tu es vraiment parfait avec elle je t'assure ...
Tu donnais le biberon à la petite tout en le regardant du coin de l'oeil, oui il était vraiment génial avec elle, elle en avait de la chance, Aoife de l'avoir que pour elle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Mer 6 Sep - 0:41

Tu les regardes un moment, attendri, mais tu te remets très vite à la cuisine parce que c’est une science qui demande une très grande précision. Cette vision t’avait emplie d’un immense sentiment de paix intérieure, de… bonheur. Tu n’avais pas été vraiment heureux depuis que ta sœur était décédée tragiquement. Tu te prenais à penser que peut-être, oui peut-être que cette solution provisoire serait une solution sur le long terme, que cela devienne une habitude, que cela devienne… quelque chose de concret, de réel ?
Tu remets les pâtes, ajoutes la crème fraîche à la poêle. Il fallait que tu te concentres sur des choses sans danger, des choses sur lesquelles tu avais de l’emprise, des choses pas dangereuses. Tu ne pouvais pas déconner, pas avec Marge. Tu ne pouvais pas ouvrir cette porte-là, tu ne voulais pas risquer de tout foutre en l’air. Tu étais parfaitement coutumier du fait. Tout le monde savait que tu étais un dragueur, un tombeur, que tu aimes trop les femmes en général plutôt qu’une seule femme en particulier. Ca t’attirait des ennuis non pas parce que tu te comportais mal avec elles, mais justement parce que tu les traitais trop bien qu’elles ne voulaient plus te lâcher et que tu ne savais pas comment te débarrasser d’elles au final, tu n’avais pas le cœur à lui faire du mal. Et au final, c’est toi qui en chiait grave. Ironie.

« Ah bah merci ! Je vois que t’as complètement zappé le parmesan ! Ça fait plaisir de voir qu’on peut compter sur toi pour mettre la main à la pâte, vilaine ! »

Tu secoues la tête avec un air faussement désabusé mais tu t’en fiches, tu le ferais plus tard voilà tout. Tu préférais encore la voir passer du temps avec la petite. Il serait bientôt temps de la mettre au lit de toute manière, elle ne tarderait pas à s’endormir après son biberon et ce serait l’heure des grands.
La sauce était prête à présent donc tu l’avais laissée mijoter à feu très doux avant de t’approcher des deux femmes de ton existence.

« Tu sais, on a tous l'impression de ne pas faire ce qu'il faut avec eux, j'ai toujours l'impression de faire quelque chose de mal quand je dois les reprendre ou les punir mais finalement quand je vois tout l'amour que tu donnes à Aoife, pour moi ça va être la petite la plus heureuse du monde ... Tu es vraiment parfait avec elle je t'assure ... »

Tu restes sans voix un moment, ému presqu’aux larmes. Mais tu ne les laisses pas couler, tu souris et tu presses tes lèvres sur le front de Marge. Qu’est-ce que tu ferais sans elle ? Elle avait le don d’apaiser tes craintes et tes doutes, de réussir à te faire sourire en toute circonstance, elle savait toujours trouver le chemin de ton cœur.

« Dis donc, on dit que je suis un beau parleur mais t’es pas mal non plus, hein ! » Tu ris avant d’ajouter : « Merci... Je ne sais pas comment j’aurais tenu le coup sans elle, après avoir perdu Gioia… Et je ne sais pas comment je tiendrais le coup avec elle si je ne t’avais pas toi. Tu es ma bouée de sauvetage, et la petite t’adore, à juste titre. Tu es faite pour être une maman, ça fait aucun doute. »

Tu lui caresses doucement à la joue avant de détourner les yeux pour ne pas te laisser submerger par son regard. Tu tends le doigt à Aoife qui le tient distraitement mais fermement en buvant son biberon. Sa menotte est si petite… Tu t’extasies devant la beauté du bébé. Le portrait craché de ta sœur. Quant à son père… tu ne voulais pas en entendre parler. Il avait planté ta sœur quand il avait su pour la grossesse, ne voulait rien avoir à faire avec aucune des deux. Tu ne lui laisserais jamais voir ta princesse. Jamais.

_________________
❝you make my world keep spinning around❞ La Terre saigne depuis la nuit des temps, de grandes misères et de guerres souvent. Mais pour chaque soldat qui rentre, une femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Mer 6 Sep - 16:41

Ton cœur s'arrêtait à chacun de ses regards, qu'est ce qu'elle était belle, elle te prenait dans son petit monde à chaque fois qu'elle posait les yeux sur toi, elle était belle, hypnotisante, envoûtante ... Tu ne pouvais t'empêcher de lui sourire, d'être heureuse lorsque tu étais avec elle, ta petite boule de joie. Elle gazouilla lorsque tu lui caressa la joue ... Ta petite Aoife. Tu regardas Andrea s’occuper en cuisine et pendant un instant, tu t'imaginas avec lui, formant une famille avec Aoife, bête idée certainement ... Il trouverait une femme, une belle femme, plus belle que toi, une femme ne ressemblant pas à un foutu pot de peinture rempli de tâches, plus grande, avec plus de formes. Une femme mieux que toi tout simplement, il méritait mieux. Beaucoup mieux qu'une bécasse comme toi ... Tu finirais seule, vous vous verriez parfois peut être, quand il ne sera pas occupé, quand il se rappellera de toi, essayant de faire comprendre à une Aoife t'oubliant que tu as été là pour elle à un moment donné de sa vie ... Non tu ne pouvais pas t'imaginer un avenir si triste, tu ne te voyais pas sans Aoife, tu te voyais encore moins sans Andrea, Andrea l'homme de ta vie, Andrea pour qui tu avais peut être des sentiments trop fort, sentiments que tu devais cacher au plus profond de ton âme, à quoi ça sert de tout gâcher, trop de relation ont déjà été gachées car l'un des deux a commencé à avoir des sentiments, foutus sentiments bordel. « Ah bah merci ! Je vois que t’as complètement zappé le parmesan ! Ça fait plaisir de voir qu’on peut compter sur toi pour mettre la main à la pâte, vilaine ! » Tu rigolais, de bon cœur. La cuisine ce n'était finalement vraiment pas fait pour toi Mais j'arrive t'aider ne t'en fais pas, dans dix minutes, peut être vingt ... Mais comprends la petite elle a besoin de moi et c'est toi qui est le meilleur en cuisine après ce sera pas bon et tu remettras absolument toute la faute sur mon dos, je te connais toi ! Tu ne pouvais t'empêcher de rire, vous étiez tellement compatibles, tellement naturel, perturbant à force, comment c'était une évidence ... Il s'approche de toi et t'embrasse sur le front, tu lui tiens la main, te pressant dessus, tu aimais ce contact, sa peau toujours bouillante par rapport à la tienne bizarrement gelée ... Embrassant sa paume ... « Dis donc, on dit que je suis un beau parleur mais t’es pas mal non plus, hein ! Merci... Je ne sais pas comment j’aurais tenu le coup sans elle, après avoir perdu Gioia… Et je ne sais pas comment je tiendrais le coup avec elle si je ne t’avais pas toi. Tu es ma bouée de sauvetage, et la petite t’adore, à juste titre. Tu es faite pour être une maman, ça fait aucun doute. » Tu le regardes, qu'est ce que vous feriez l'un sans l'autre effectivement ... Je sais pas ce qu'elle ferait sans toi non plus tu sais, elle en as déjà bien bavé la petite, perdre sa mère si jeune, son père n'en parlons pas ... Tu es un ange gardien pour elle,
tu es tout ce qu'elle a .. Et puis tu m'auras toujours moi pour t'épauler,
peut importe ou tu es, peut importe l'heure, je serais toujours là pour vous deux ...
Tu ne savais pas ce que tu ferais si ils étaient pas là tout les deux ... Tu es faite pour être maman, qu'il disait, si il savait à quel point c'était ton rêve, à quel point tu ne voulais pas foirer une seconde fois ... Oui mais pour être une bonne maman,
il faut un bon papa et j'ai pas encore trouvé d'homme qui veulent de moi, enfin un homme bien je veux dire, je suis abonnée aux attardés ... Je ne dois pas mériter d'hommes bien ça doit être ça
Tu rigolais tout en le regardant fixement, lui, il ferait un bon père, tu en étais sûre et certaine ... Il te regardait aussi et il aurait fallu un peu de courage seulement pour que tu sautes le pas, que tu ne sautas pas heureusement, stupide Marge ... Tu te contentas de les regarder, ton ventre grouillant, cassant le silence, tu rougis, tu avais faim, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Ven 8 Sep - 20:58

Tu sens ses lèvres effleurer ta paume et tu inspires profondément pour ne pas céder à cette idée stupide qui te fuse dans tête. Embrasse-la. Maintenant pauvre con. Ca, tu étais bien un pauvre con. Mais un pauvre con têtu. Tu ne cèderais pas, il y avait beaucoup plus en jeu que tes pulsions insatiables. Ça impacterait Marge et votre relation, ça impacterait aussi Aoife et ça, tu ne pouvais pas l’accepter, tu ne serais pas égoïste à ce point. Plus maintenant. Cette petite t’avait changée, en bien, et tu ferais tout pour qu’elle soit toujours fière de toi. Tu voulais être un exemple digne de ce nom pour elle et ça passait par avoir un comportement exemplaire, ne pas piétiner les sentiments de ta plus précieuse amie et alliée, ne pas tout gâcher parce que tu évoluais dans un brouillard complet.

« Je sais pas ce qu'elle ferait sans toi non plus tu sais, elle en as déjà bien bavé la petite, perdre sa mère si jeune, son père n'en parlons pas ... Tu es un ange gardien pour elle, tu es tout ce qu'elle a .. Et puis tu m'auras toujours moi pour t'épauler, peu importe où tu es, peu importe l'heure, je serais toujours là pour vous deux ... »
« C’est une promesse ? »

Tu lui tends ton petit doigt, comme quand vous étiez enfant, pour sceller cette promesse de manière solennelle. C’était fou quand même, combien de fois aviez-vous eu ce geste entre ces quatre murs ? Tu ne savais pas mais c’était tellement drôle qu’après presque 20 ans, vous soyez toujours là à vous faire des promesses avec pour seuls témoins la pierre de cette maison.
Le bruit de son ventre t’arrange à tes songes et tu rigoles sous cap en écartant sa main du bébé.

« Elle s’est endormie. Tu peux couper le feu et dresser la table pendant que je vais la coucher s’il te plaît ? J’en ai pour deux secondes. »

Tu soulèves Aoife le plus doucement possible et tu la cales dans tes bras pour l’emmener à l’étage dans son berceau. Tu lui avais donné l’ancienne chambre de Gioia, bien évidemment, que tu avais repeinte exprès en gris clair. Tu la glisses doucement entre ses draps et colle son doudou contre elle. Quelques secondes d’attente. Elle ne se réveille pas. Tu prends donc le babyphone et descends.

« Beau boulot, elle dort comme un ange. On passe à table ? Je vais sortir le vin. »

_________________
❝you make my world keep spinning around❞ La Terre saigne depuis la nuit des temps, de grandes misères et de guerres souvent. Mais pour chaque soldat qui rentre, une femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Lun 11 Sep - 19:56

Tu aurais voulu que le temps se fige, que vous restiez comme ça tout les trois, maintenant, pour toujours. Tu avais cette peur du bonheur, peur qu'une faille se crée, que quelque chose vienne perturber ce moment si parfait, qu'une ombre plane, menaçante, attendant l'apogée de ton bonheur pour tout foutre en l'air, pour enlever Aoife et Andrea de ta vie, comme ils ont pu le faire avec ton frère. Tout t'était toujours enlevé ... Ça te faisait tellement flipper ... Tu le regardais, lui, ton meilleur ami ... Qu'est ce que tu ferais bien sans lui, rien du tout, tu ne serais qu'une simple épave ... Une coquille vide, vide de tout ... « C’est une promesse ? » Embrasse le Marge, tente ta chance, qu'a tu à perdre ? Tout vraiment tout en fait ... Porte tes couilles merde, c'est pas comme si vous ne vous étiez jamais embrassés ... Non mais là c'était tellement différent, tu l'aimais, tu n'osais pas le dire tout simplement ... Tu n'avais pas à avoir des sentiments, surtout pas des sentiments aussi fort ... Tu es vraiment bonne pour tout gâcher Marge ... Je ne t'abandonnerais jamais tu le sais ... Tu devras me supporter maintenant et toujours ... Sermon du petit doigt, qu'est ce que ça faisait longtemps, tu te souviens de vous deux, vous deux jeunes, tellement innocents, tu aurais rigoler si tu aurais penser tomber amoureuse d'Andrea, tu aurais surement trouver ça dégueulasse à l'époque ... Si seulement tu savais ... Aoife s'était endormie, elle était tellement mignonne, en paix, ne devant pas se soucier de toutes les misères du monde adulte, profite petite perle, profite tant que tu peux être insouciante, c'est tellement dur la vie d'adulte ... « Elle s’est endormie. Tu peux couper le feu et dresser la table pendant que je vais la coucher s’il te plaît ? J’en ai pour deux secondes. » Tu t'activa, te dépêchant de mettre la table, t'appliquant pour qu'elle soit jolie, une ou deux bougies de mise ... Idée vraiment bête, non mais pourquoi des bougies alors que c'est un bête dîner avec ton meilleur ami, il va se douter de quelque chose c'est sûr ... On dirait un dîner romantique, pathétique Marge, vraiment en chien que tu es « Beau boulot, elle dort comme un ange. On passe à table ? Je vais sortir le vin. » Tu souris et tu t’assois, prête à passer une belle soirée Fais pas attention, j'ai juste mis des bougies comme ça, je les trouvais sympa et ça fait une chouette ambiance N'importe quoi Marge, il te tendit un verre, en espérant qu'il ne remarque pas ton air gène ... Tu trinquas en le regardant dans les yeux ... A nous trois en espérant qu'on aura d'autres soirées comme celle ci ... Clin d’œil, tu aimerais des soirées comme ça tout les jours de ta vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Dim 17 Sep - 18:14

« Je ne t'abandonnerais jamais tu le sais ... Tu devras me supporter maintenant et toujours ... »

Sa phrase tourne en boucle dans ta tête alors que tu lui tournes le dos, fouillant dans ta cave à vin pour en sortir la bouteille parfaite pour l’occasion. Always and forever. C’était compliqué de garder les idées claires quand elle te balançait des trucs pareils. De garder le sens des priorités. Il fallait que tu te concentres pour ce qui était le mieux pour Marge, le mieux pour Aoife, que tu arrêtes de penser à ton nombril. Fut un temps, c’est exactement ce que tu aurais fait. Tu aurais pris ce que tu voulais sans te soucier des conséquences, juste parce que tu ne supportais pas qu’on te dise non ou de ne pas obtenir ce qui te revenait selon toi de droit. Mais tu étais un homme différent dorénavant et tu devais continuer à l’être. Il le fallait…

« Fais pas attention, j'ai juste mis des bougies comme ça, je les trouvais sympa et ça fait une chouette ambiance »
« En même temps faut bien qu’elles servent, non ? Je trouve que ça fait un petit effet sympa. »

Tu lui adresses un sourire alors que tu as rallié à nouveau l’ilot central où tu t’attelles à déboucher la bouteille de vin rouge. Un joli pop accueille ta tentative et tu t’empresses de remplir vos verres du délicieux liquide rubi. Tu fixes alors tes yeux dans les siens, noyés dans ses tâches de rousseur ravissantes.

« A nous trois en espérant qu'on aura d'autres soirées comme celle-ci ... »
« A nous. »

Tu trinques et fais glisser le vin sur ta langue alors que tes yeux sont toujours accrochés aux siens. Tu finis cependant par détourner les yeux pour remplir son assiette de pâtes, clairement plus que ce qu’elle peut avaler pour changer, mais tu t’en fiches, t’es un italien jusqu’au bout. Y’a toujours trois fois trop avec toi, de peur de manquer. Vous connaissez le dicton, pas vrai ? Mieux vaut trop que pas assez. Et puis elle est tellement menue aussi, t’as toujours peur qu’elle mange pas à sa faim, ou qu’elle oublie tout simplement. Tu te sers ensuite et tu laisses tomber le parmesan puisque ni elle ni toi n’aviez finalement râpé le fromage.

« On peut vraiment pas compter sur toi », tu la taquines en ricanant. Affamé, tu commences à manger quasi aussitôt. Tu attends qu’elle te dise ce qu’elle en pense car tu n’es jamais franchement objectif avec ce que tu cuisines, c’est toujours quelque chose avec lequel tu es excessivement exigeant avec toi-même. Ce n’est jamais assez bien. Jamais aussi bon que ce que concoctait ta grand-mère. Tu vérifies le babyphone mais clairement la petite ne s’est pas réveillée donc tu finis de te détendre pour profiter de ce petit moment seul à seule avec Marge.

« Tu sais, des fois je me dis qu’on en a quand même pas mal chié dans la vie toi et moi mais que tout ça, ça nous a mené ici au final. Et on est pas si mal au final, pas vrai ? C’est pas parfait mais c’est un bon début parce qu’on vient de tellement loin… »

_________________
❝you make my world keep spinning around❞ La Terre saigne depuis la nuit des temps, de grandes misères et de guerres souvent. Mais pour chaque soldat qui rentre, une femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 70
J'ai rapporté à ma famille : 27
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : Institutrice primaire
Avatar, crédits : Dasha Sidorchuk, Coclico
Disponibilité rp : Libre (5/5)


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Lun 18 Sep - 19:42

Tu n'avais pas pour but de t'enivrer, tu n'aimais pas vraiment l'ivresse, ce manque de contrôle, ce manque d'équilibre, ne plus être libre de toi même ... Tu ne savais pas de quoi tu étais capable une fois saoule, tu n'avais pas envie de le savoir. Tu franchirais peut être le pas, pas que tu as envie de faire depuis tellement longtemps, que tu ne franchirais jamais sans doute. Tu n'as pas envie de faire le premier pas si c'est pour finalement ne te souvenir de rien au réveil. Le vin te montait vite à la tête, tu le savais, néanmoins, tu sentis tes lèvres s’imbiber de ce nectar, vous vous observiez et ton cœur battait à cent à l'heure, tu t'emballais, tu ne savais plus où te mettre, tu sentais bien que quelque chose changeait, et ça te faisait peur ... « En même temps faut bien qu’elles servent, non ? Je trouve que ça fait un petit effet sympa. » Si seulement il savait que tu n'avais pas vraiment pensé à les utiliser pour faire sympa, tu avais envie de cette ambiance romantique, peut être pour t'aider, pour te mettre dans une ambiance adéquate, pour lui avouer, pour qu'il soit moins réticent peut être ...
Tu rigolas en le voyant remplir ton assiette, énormément, trop, yeux plus gros que le ventre, pour pas changer, tu avais l'habitude avec Andrea ... Tu avais toujours trouvé ça mignon Et doucement, tu veux que je sois tellement lourde pour que je ne puisse plus marcher ! Je vais être tellement grosse que je pourrais pas passer la porte et je serais obligée de squatter ton canapé ! Tu aurais bien aimé pouvoir dormir chez lui, avec lui, dans ses bras que tu ne voulais plus quitter ... Tu commençais à manger, galérant avec tes couverts pour ne pas faire tomber un seul spaghetti et surtout ne pas te tacher, tomate c'est vraiment traître ... « On peut vraiment pas compter sur toi » Tu rigolais encore plus en te levant pour lui tapoter le bras Non mais t'as pas honte d'essayer de me culpabiliser, je m'occupais d'Aoife ! Sale ingrat ! Tu passais un excellent moment, on aurait dit un couple, tu aimerais tellement que ça soit réel ... Tu aurais aimé te lever, poser tes lèvres charnues sur les siennes, plonger dans ses yeux ... En fait je pense vraiment que je vais tout manger, c'est super bon ! Tu aurais aimé être aussi bonne cuisinière qu'Andrea, il méritait une femme qui cuisine pour lui ... « Tu sais, des fois je me dis qu’on en a quand même pas mal chié dans la vie toi et moi mais que tout ça, ça nous a mené ici au final. Et on est pas si mal au final, pas vrai ? C’est pas parfait mais c’est un bon début parce qu’on vient de tellement loin… » Tu posa ta main sur la sienne, la caressant, tu aurais bien voulu le prendre dans tes bras ... Oui on en a vécu des épreuves, beaucoup trop pour notre âge je pense ... On a perdu tellement de personnes ... Mais je pense qu'ils sont fiers de nous là où ils sont ... Et qu'ils sont fiers de nous, ils doivent être content de savoir que nous deux on est toujours ensemble et puis on a Aoife, on est comme une famille tout les trois, vous êtes toute ma vie dorénavant ...
Tu te leva, émotion aidant, venant derrière lui pour l'enlacer, venant à son oreille, que fais tu bon sang Marge, va te rasseoir ! Lui chuchotant doucement à l'oreille ... Tu as toujours été toute ma vie tu sais ... Je t'... Ta gueule. Bisous sur la joue, coin de l'a lèvre prise dans le contact, te collant à lui, besoin du contact pour ne plus penser à ton petit cœur meurtri ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Bateaux envoyés : 91
J'ai rapporté à ma famille : 28
A Bristol depuis : 28/08/2017
Job/studies : chef au Nonna Gia
Avatar, crédits : Simoes, strange love


MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me Sam 30 Sep - 14:59

« En fait je pense vraiment que je vais tout manger, c'est super bon ! »

Tu souris, soulagée qu’elle apprécie ta cuisine. C’était pour ça que tu cuisinais d’ailleurs : pas parce que tu étais bon. Tu étais déjà bon quand tu étais étudiant en finance, quand tu avais fait tes débuts à la City. Non, tu avais décidé que ce que tu voulais, plutôt que profiter de l’argent des autres pour t’en faire, c’était leur procurer du plaisir avec tes plats. Tu voulais donner, et non pas prendre. Un retour aux valeurs en quelque sorte. Alors ça te faisait toujours plaisir de voir que l’on appréciait tes plats, qu’on les savourait. C’était ta plus belle récompense.

« Oui on en a vécu des épreuves, beaucoup trop pour notre âge je pense ... On a perdu tellement de personnes ... Mais je pense qu'ils sont fiers de nous là où ils sont ... Et qu'ils sont fiers de nous, ils doivent être content de savoir que nous deux on est toujours ensemble et puis on a Aoife, on est comme une famille tous les trois, vous êtes toute ma vie dorénavant ... »

Tu clignes lentement des yeux alors que le sens de ses paroles – le sens que tu veux leur donner – résonnait jusque dans tes os. Une famille… une famille… une famille avec Aoife et Marge… le contact de sa main… Tu ne dis rien, tu as peur de dire quelque chose, quelque chose qui briserait tout. T’as besoin d’elle. Elle se lève, elle t’enlace… tu sais pas trop si elle te murmure vraiment ces mots ou si c’est ce que ton subconscient à envie d’entendre… mais tu es à peu près sûr de sentir ses lèvres se poser à la commissure des tiennes… et tu craques. Tu emprisonnes sa bouche de la tienne, brusquement, presque sauvagement. Tu as enroulé ton bras autour de sa taille et l’autre immobilise sa nuque. Elle est prisonnière, ta prisonnière alors que tu approfondis le baiser, que tu la respires. Tu as faim d’elle, tu as soif d’elle… Tu t’écartes légèrement… à bout de souffle, les pupilles dilatées comme si tu t’étais fait un rail de coke. T’es pas sûr de toi là… tu as peur qu’elle profite de ces quelques secondes pour te gifler, pour t’engueuler, pour se barrer et créer un gouffre irrémédiable entre vous. Un gouffre que tu parais impensable là tout de suite, alors qu’elle est plaquée contre toi. Ses cheveux ont toujours la même odeur, celle qu’ils ont toujours eu. Tu ne peux pas t’empêcher d’y glisser tes doigts.

« Ne me quitte pas… »

Tu murmures, c’est presque une supplique… t’as le cœur complètement à nu, t’as le cœur en offrande…

_________________
❝you make my world keep spinning around❞ La Terre saigne depuis la nuit des temps, de grandes misères et de guerres souvent. Mais pour chaque soldat qui rentre, une femme attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: (Marea) come dine with me

Revenir en haut Aller en bas
(Marea) come dine with me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 2 Défenses en trois jours, une mission digne d'un Héros
» Kilès ki prale lan Dine an Blan?
» Tonight, we dine at McDonald's ! [Che Fang & Raphael Mercury]
» Qui dort dine ✩ Levi
» Ondine, avec qui tu dine pour ton anniv?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♡ Love is blind :: BRISTOL, ANGLETERRE :: HARBOURSIDE-